Sociétaires ou clients ?

Mise à jour du 24/11/15 : Vous trouverez un compte-rendu du débat en commentaire de ce billet.

Pour notre ApéroNef de novembre, nous vous proposons de discuter d’un sujet d’importance : à l’heure de la transformation en banque de la Nef, faut-il que tous les clients de la coopérative soient impérativement sociétaires (en souscrivant des parts sociales), ou désirons-nous permettre à des non-sociétaires d’être « simples » clients ?

Le Conseil de surveillance de la Nef prévoit de proposer une résolution sur ce sujet lors de la prochaine Assemblée générale, et dans ce but, il consulte en ce moment les sociétaires actifs. Nous aimerions partager ce débat avec vous.

Si ce sujet vous intéresse, venez en discuter

mardi 10 novembre, de 18h30 à 20h30,
au Faubourg, local partagé au 15 rue du Faubourg de Nîmes, à Montpellier.

Le Faubourg se trouve au pied du Corum, en face des arrêts de Tram. Il s’agit de la boutique avec de grandes baies vitrées, pas du bar qui est sur le côté.

Les ApérosNef sont des apéritifs partagés : chacun est invité à apporter à boire et/ou à manger pour le partager avec les autres personnes présentes. Nous fournirons quelques consommations en complément et pour les personnes qui n’auraient pas pu apporter de participation.

Les ApérosNef ont lieu tous les deuxièmes mardis du mois (sauf vacances scolaires), au Faubourg.

5 réflexions au sujet de « Sociétaires ou clients ? »

  1. Un petit compte-rendu de cette réunion à laquelle 7 personnes étaient présentes :

    La plupart des sociétaires considèrent au premier abord qu’il est nécessaire que tous les clients soient sociétaires, car entrer à la Nef c’est prendre part à un projet auquel on adhère. Le sociétariat concrétise cette adhésion. D’une part par un soutien financier. D’autre part en prenant part aux décisions lors des AG.

    Cependant, la position actuelle du Conseil de surveillance (CS) est différente :
    « Le Conseil de Surveillance est attaché au développement d’une coopérative forte et vivante, socle d’une gouvernance démocratique sur l’argent. Dans cette perspective, nous devons accentuer nos efforts pour que le plus grand nombre de personnes qui souhaitent que « l’argent relie les hommes » deviennent sociétaires. Par ailleurs, le Conseil est attentif aux différentes façons de soutenir le développement d’une économie fraternelle, aux différentes façons de s’engager, au respect des cheminements individuels et à l’ouverture. Il compte sur un sociétariat de conviction.
    En conséquence, le Conseil de Surveillance préconise de garder la possibilité que des personnes puissent être clientes sans être sociétaires, tout en affirmant l’importance d’utiliser des moyens adaptés en termes de pédagogie et de communication pour les inciter à le devenir. A ce titre, le rôle des sociétaires actuels, et en tout premier lieu celui des sociétaires actifs, est primordial. »

    Cette ouverture convient à la plupart des personnes. On note en effet dans beaucoup de coopératives que le sociétariat obligatoire ne règle pas la question de la gouvernance. La plupart des sociétaires ne votent jamais ou quasiment, et ceux qui votent suivent souvent sans débat les orientations des techniciens. La proposition du CS de faire œuvre de pédagogie et de communication semble donc pertinente.
    De plus, la question de l’ouverture est importante. La Nef a besoin de clients autant que de sociétaires. Être ouverts permet d’élargir nos ressources ainsi que le nombre de personnes touchées par notre message, en multipliant les chances pour qu’ils deviennent sociétaires.

    A l’issue du débat, quelques personnes préfèrent toujours que les clients soient forcément sociétaires, mais la plupart estiment que la position du CS serait préférable.

    Les non-sociétaires ont une position similaire aux sociétaires.

  2. Au risque de paraître radical, il me parait important que La Nef garde sa spécificité que tous ses clients soient sociétaires, cela me parait un message fort.
    Je ne pense pas que l’adhésion en tant que sociétaire soit un frein pour ceux qui ne souhaitent pas s’investir dans la gouvernance, il suffit de constater ce qui se passe à l’heure actuelle. Je ne crois pas que le simple fait de choisir d’être sociétaire mobilise plus d' »actifs », c’est au groupe local de s’organiser pour accueillir les nouveaux sociétaires et les motiver à devenir « actifs ».
    Ce n’est qu’un point de vue, essentiellement idéologique, peut-être n’ai-je pas conscience de tous les enjeux.
    Solidairement.

  3. Être obligatoirement sociétaire me semblait préférable. A la réflexion, il n’est pas réaliste de penser que chaque sociétaire sera actif (tout simplement car les journées ne sont pas assez longue pour être « actif » dans tous les domaines de notre vie courante). Au final, ce sociétariat obligatoire me semble poser plus de problèmes qu’il n’apporte de solution. L’exemple de biocoop, me semble intéressant, avec des clients sociétaires ou non.
    L’enjeu est de mobiliser suffisamment de sociétaires pour maintenir une pluralité de points de vue et un débat riche.

  4. Retour du groupe local d »Antibes :
    Devenir sociétaire est un engagement moral.
    Devenir sociétaire doit être un choix et non une obligation.
    Flavie, Anne, Murielle, Philippe et Sébastien choisissent la position de statut quo, même système qu’actuellement :
    On n’oblige pas à devenir sociétaire mais on incite.
    Jacques souhaite que chaque client devienne sociétaire pour le capital mais aussi pour la valeur coopérative de la Nef.
    Retour du groupe local de Nice :
    Jean-Pierre F et Stéphane : sont pour l’ouverture, permettre à tous de venir à la Nef, positif pour le développement de la Nef, devenir sociétaire est un choix, un acte d’engagement qui ne peut être forcé. Devenir client à la Nef c’est déjà un choix, un premier engagement.

    • Une précision :
      Ce lieu est destiné aux discussions des sociétaires de l’Hérault.
      Nos voisins Niçois (et même les moins voisins du Nord s’ils venaient à passer par là) sont les bienvenus.
      Mais si vous voulez transmettre les avis de vos groupes locaux à la Nef, il faut les envoyer par email à la Vie coopérative nationale. Ici n’est pas le bon endroit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *